Plusieurs de mes camarades blogueurs se lâchent chaque année en rédigeant une rétrospective de leur année passée. Bon, je ne leur jetterai pas la pierre en rappelant que ce temps fort de l'année de la presse écrite permet de remplir le journal à bon compte. Ce salubre rappel des événements passés a-t-il lieu d'être sur un blog, lequel n'a pas d'impératif de publication ? D'ailleurs je n'ai jamais aimé fêter ou célèbrer de quelque manière que ce soit des événements, sous prétexte que ça fait "une année de plus". A commencer par mon anniversaire. Vous imaginez bien que je n'ai aucun plaisir à célébrer une révolution de plus de la terre autour du soleil. 

Mais voilà, je vais me risquer à l'exercice. Un peu...

2016 : côté pro. J'ai passé mon temps à ne pas répondre aux solliciteurs de partenariats bidon, car ils ont "lu mon blogue, et qu'il beau, et qu'il est bien..." A mon grand dam, je n'ai pas réussi à refaire de piges en tant que journaliste dans le département de la Manche. C'est dommage ! Résidant officiel de Carentan-les-Marais depuis que j'habite sur mon bateau, j'aurai bien aimé jouir de cette installation centrale pour rayonner comme je l'avais fait par le passé.
J'ai participé au salon des blogueurs de voyage. Je voulais me faire ma propre opinion de ce grand raout de la blogosphère de voyage dont plusieurs de mes contacts m'avaient parlé. Je n'ai pas été déçu ! Il s'est déroulé à Bruxelles, avec un grand speed meeting autour de représentants de destinations touristiques. Une super organisation, un excellent accueil de la Belgique qui avait été endeuillée à ce moment là... https://www.salonblogueursvoyage.fr. Lors d'une conférence, je n'ai pas aimé le ton un peu condescendant de certains jeunes blogueurs vis à vis de ces pauvres vieux journalistes... Et cela m'a très légèrement irrité. Va couvrir un fait divers sanglant, une session d'assises mon gars, sans te choper un procès pour diffamation et on en reparlera... Bref, tout ça pour vous dire que je reste avant tout journaliste. Avec une appétence pour la photo. A vrai dire, je laisse tomber ces envies de vidéo. J'ai beau creuser dans tous les sens, je ne sais pas produire correctement les deux. Mon boulot photographique m'a permis d'être remarqué par des Indiens. J'ai travaillé en Inde durant quelques jours, vous avez pu voir quelques images passer sur instagram. Et puis le plus redoutable de mes concurrents lorsque j'étais rédacteur en chef de L'Observateur de Beauvais, Stéphane, m'a conseillé de postuler sur un poste. Et me voilà donc chef d'agence dans un quotidien régional depuis la rentrée... 

Le côté perso me regarde... car plus le temps passe et moins j'ai envie de montrer mon culs à tous les lecteurs. Ce qui est rare n'est pas forcément cher, mais peut être un peu précieux, à mes yeux, en tous cas. 

Je n'ai donc pas envie de montrer ma gueule à tout le monde en mode selfie devant tel ou tel monument, plage, lieu. Et j'ai encore moins envie de voir toutes ces tronches souriantes et un peu connes devant les mêmes monuments, plages, lieux. Ils ont été chiés par le même boyau du tourisme de masse, qu'ils se prétendent voyageurs ou aventuriers ou... blogueurs, journalistes, wanderer, wanderlust... il s'agit bel et bien de la même bouillie pré-mâchée pour ne pas être trop dure à chier. Et je ne veux nullement être assimilé à ce genre de personnes.
Malgré l'absence de publicité, de page Facebook active, de tweet régulier de mes liens, Trip 85 a estimé que j'étais dans 90e meilleur blog de voyage francophone.... 

Marken, cet été...

Merci à vous... Peut être que j'aurais pu obtenir un meilleur score en précisant, par exemple, la monétisation éventuelle des posts de blog, ou la présence d'une éthique. Mais il n'en est rien. Le vélo est à moi, le voilier aussi et les compétences et incompétences aussi. L'ensemble de mic mac voyagistique, touristique photographique est à moi. Je vais donc continuer à écrire pour moi et mes proches et un peu pour vous. Car j'ai à l'occasion pas mal chopé de conseils chez les uns et les autres quant à certains choix de voyage en voilier... 

Comme je le disais plus haut, rien, ce ce blog n'est sponsorisé ou ne l'a été un jour. 0 euro ! Je ne suis pas là pour écrire et réussir à me faire offrir un plat chaud en échangeant ma prose contre un bifteck ! Je suis là pour écrire ce que je veux et manger ce que je veux et dormir où je veux, quitte à dormir dehors et ne pas payer...
 Quant à l'éthique, c'est encore et toujours celle des journalistes professionnels qui me guide. Après 5 années passées loin du monde du travail à temps plein, je suis revenu journaliste début novembre. 


Donc, sur ce blog Asiatrek.eu je reconnais

1) respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître ;

2) défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;

3) publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents ;

4) ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ;

5) s’obliger à respecter la vie privée des personnes ;

6) rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;

7) garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement ;

8) s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information ;

9) ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;

10) refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.

Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus ; reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n’accepte, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

Déclaration des droits

1) Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimés.

2) Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de son entreprise, telle qu’elle est déterminée par écrit dans son contrat d’engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale.

3) Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience.

4) L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise.

Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste.

5) En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.

Comment

#page-footer-wrapper { background-color: whitesmoke; }